Congrès International du Rhum de Madrid: Résultats

Du 6 au 9 juin dernier se tenait, à Madrid en Espagne, le premier Congrès International du Rhum. Le but de ce congrès est de rassembler les différents intervenants du monde du madridcongresrhum afin de favoriser les échanges et discuter d’actions pour l’avenir du secteur du rhum. Le monde des spiritueux subissant de nombreux changements depuis quelque temps, il était maintenant temps de favoriser l’unité dans l’industrie du rhum. Des professionnels de l’industrie ont donné des conférences où tant les amateurs que les professionnels pouvaient y assister. Plusieurs maîtres distillateurs de renoms étaient présents.

Évidemment, lors de ce congrès, avaient lieux un festival et une compétition de dégustation où plus de 144 rhums ont été inscrits. Une équipe de 10 juges ont évalué les rhums en compétition et, comme à l’habitude dans ce genre de congrès, les spiritueux se méritaient une médaille selon le pointage obtenu (raison pour laquelle il peut y avoir plusieurs médailles d’or dans une même catégorie).

Voici quelques rhums qui ont obtenu des médailles et qui sont disponibles au Québec :

Rhum 0 à 5 ans
Ron Abuelo Anejo, médaille d’argent. Code SAQ 11201385

Rhum 6 à 10 ans
Flor de Cana 7 ans, médaille d’or. Code SAQ 10904409

Rhum 11 à 15 ans
Ron Diplomatico 12, médaille double or. Correspondrait selon mes recherches au Diplomatico Reserva Exclusiva. Voyez ma critique ici. Ce rhum n’est plus disponible actuellement à la SAQ mais mes sources m’ont dit qu’il le sera à nouveau à l’automne 2012 avec d’autres produits de cette merveilleuse distillerie.
Flor de Cana 12 ans, médaille double or. Lisez ma critique. Code SAQ  10323049. Ma critique s’en vient.

Rhum 21 ans et plus
Santa Teresa 1796, médaille de bronze. Code SAQ  10748071.

Pour la liste complète des gagnants, suivez ce lien.

Le prochain congrès aura lieux à Madrid en juin 2013.

 

J’ai rendu visite à Marie-Galante

Il y a 3 semaines environ, je suis allé à la SAQ Signature de Québec pour goûter un rhum en station de dégustation : Le Marie-Galante Libération 2010 fraîchement arrivé au Québec. Ce rhum est de la catégorie des rhums agricoles. Il est produit par la distillerie Bielle de la Guadeloupe.marie-gallante

Je n’ai pu trouver aucune information sur le site de la distillerie concernant le Marie-Galante. Par contre, au sujet de la distillerie on y retrouve un historique et de l’information sur d’autres rhums et liqueurs qu’ils produisent. Pourquoi « Libération 2010 » ? Tout simplement parce que ce rhum a été commercialisé, libéré de ses fûts en 2010.

Pour ceux qui s’y connaissent moins, le rhum agricole est produit à partir de jus de canne frais plutôt que de mélasse résiduelle du raffinage du sucre. Au fil de mes recherches, j’ai pu découvrir qu’une des origines du rhum agricole est que certaines exploitations de canne à sucre étaient trop petites pour être rentables pour les grandes compagnies (suite à un effondrement du prix du sucre fin des années 1800 entre autres). Elles auraient donc été abandonnées et les exploitants ont dû trouver d’autres débouchés pour survivre. La production de rhum directement du jus de canne devenait une solution. Les rhums agricoles sont surtout produits sur les îles françaises des caraïbes, mais des rhums produits à partir du jus de cannes pur sont aussi fabriqués dans d’autres pays, dont Haïti (Barbancourt) et le Brésil (Cachaça).

Actuellement, seule la Martinique a obtenu une appellation d’origine contrôlée (AOC). Pour pouvoir porter la mention « Rhum agricole AOC Martinique », le rhum doit être produit à partir de cannes cultivées en Martinique (des zones restreintes), distillé en Martinique selon certains critères ainsi que quelques autres critères. Pour plus d’info, suivez ce lien.

Pour en revenir à notre rhum Marie-Galante, il est de couleur dorée pâle ressemblant à du miel. Au nez, je détecte du chêne, de la vanille, une touche d’alcool (c’est un rhum de 45%), du cantaloup, du sucre de canne et une infime parfum de tabac. Il y a un je ne sais quoi qui me rappelle le Saint-James ambré.

En bouche, c’est un peu corsé avec un goût d’alcool me rappelant encore une fois le Saint-James ambré. Je note des fruits séchés, vanille et papaye. Le côté sucré en est un de sucre d’orge plutôt que caramel.

Bien que je ne sois pas un fan de rhum agricole, ceux-ci donnent une touche particulière à certains cocktails et je m’en sers à l’occasion. Le Marie-Galante se classe bien. Je le trouve corsé, mais je crois qu’après quelques verres, j’aurais réussis à l’apprivoiser. Pour les fans de rhum agricole, c’est sûrement un bon choix, mais je le trouve un peu cher à 129$. 7/10

Code SAQ 11651651

Le plongeon du Capitaine Morgan

Un autre petit commercial du Capitaine…

Getting into the Spirits on the Appleton Estate Rum Tour

See on Scoop.itRhums et Bières

The Appleton Estate Rum Tour begins, appropriately, with a complimentary glass of rum punch, a proprietary blend of 5 rums that give it an uncharacteristically dark brown color. I’m so used to the strawberry syrup-colored rum …

 

Pour ceux qui prévoient aller en Jamaïque, voici une activité à ne pas manquer…
See on insidejourneys.com

Bacardi Limited | Bacardi révèle 150 ans d’archives

See on Scoop.itRhums et Bières

« HAMILTON, Bermudes, le 13 juin 2012 /CNW/ – Dans le cadre des festivités du 150e anniversaire, Bacardi Limited offre un regard extraordinaire dans le patrimoine unique précieusement conservé des archives de Bacardi. Plus de 150 ans de précieux documents, de véritables biens historiques et parfois d’artéfacts bizarres à propos de la société, la famille et la marque emblématique. »
See on www.newswire.ca

Résultats du Ultimate Cocktail Challenge

UCC_logoDu 4 au 8 juin dernier se tenait, à New York, le Ultimate Cocktail Challenge. Le but de cette compétition est de trouver les meilleurs spiritueux donnant cette touche particulière aux nombreux cocktails classiques tel le daïquiri, le martini, le cosmopolitain etc. Les recettes, toutes déterminées à l’avance, étaient préparées en ne changeant que le spiritueux. Un panel de juges évaluaient les cocktails en deux rondes sur une échelle de cent points sans avoir quel spiritueux était utilisé.

Dans la catégorie des cocktails à base de rhum, le Banks 5 Island West Indies et le Diplomatico Reserva Exclusiva (lisez ma critique ici) et le Diplomatico Blanco ont été les plus souvent présents dans les gagnants.

Suivez ce lien pour tous les résultats. Ultimate Cocktail Challenge 2012 results

Pour les recettes, cliquez ici

 

Caribbean Rum and Beer Festival 2012

See on Scoop.itRhums et Bières

Caribbean Rum and Beer Festival. News information about the festival celebrating the best distilled and brewed products.

 

Pour ceux qui auraient envie d’un voyage dans les Caraïbes, ce festival aura lieu les 2 et 3 novembre prochains à l’Île de Grenade.
See on www.rumandbeerfestival.com

Gagnants des Canadian Brewing Awards 2012

See on Scoop.itRhums et Bières

« Voici les gagnants des Canadian Brewing Awards 2012 »

 

Trois triplés pour le Québec dans les tyles suivants:

Belge de blé – Wit beer

Style Abbaye Belge

Ale Belge Forte

 

Un doublé (or et argent):

Stout

 
See on bloguedebieres.com

Nouvel arrivage à la SAQ Signature Québec du 14 juin 2012

Dos Maderas PX 5+5 Double vieillissementP1110783

Rhum espagnol, distillé et vieillis 5 ans en fûts de chène dans les Caraïbes. Transporté en Espagne et vieillis à nouveau 5 ans dans des fût de sherry.

Code SAQ 11232464 70$

Le bois de la Confédération de Forty Creek

Il y a quelques semaines, un confrère blogueur, Freaky Whisky demandait quelle devrait être sa prochaine dégustation. Je lui ai suggéré un bourbon et il m’a référé à une liste sur son site où l’on pouvait voir les produits en attente de dégustation. Un whisky m’a tout de suite sauté aux yeux : Le Confederation Oak de la marque Forty Creek. J’avais aussi ce produit en réserve et, malgré mon penchant plus marqué pour les rhums, j’aime bien déguster un whisky canadien ou un bourbon à l’occasion et en particulier le Confederation Oak. J’ai donc proposé à Freaky Whisky de faire une critique chacun de notre côté et de publier nos résultats en même temps. Encore mieux, notre confrère blogueur JFPilon de whiskyplus.ca a capté notre conversation et a demandé à se joindre à nous en tant que troisième mousquetaire dans cette aventure. Belle épopée! Avec ces deux comparses d’expérience, j’ai intérêt à déguster comme il faut. (Liens au bas de l’article)

Forty Creek Whisky est une marque de whisky canadien produite par Kittling Ridge Distillery en Ontario. John K. Hall est le maître d’oeuvre. Vignoble de profession, M. Hall john-tales-from-creekavait besoin de nouveaux défis et c’est vers les spiritueux qu’il se tourna. Il utilisa son passé de producteur de vin pour amener une touche particulière à ses produits. Plutôt que de distiller un mélange de grains (seigle, orge, maïs) qui est fermenté en un tout, John K. Hall produit un liquide distinct pour chaque céréale. Ces trois distillations sont vieillies séparément et ensuite mélangées à son goût pour subir ensuite une maturation finale.

Concernant le Confederation Oak, une particularité supplémentaire est ce whisky est vieillis en fûts de chêne canadien. Non loin de la distillerie, une forêt est entretenue activement et M. Hall eut connaissance que de vieux chênes allaient être coupés pour faire place aux nouveaux arbres en croissance. Ces chênes, d’après leurs diamètres, avaient environ 150 ans et dataient donc de La Confédération canadienne. Il décida d’acheter ces chênes pour les faire transformer en fût et pouvoir comparer les résultats du vieillissement par rapport au chêne américain qui domine le marché d’Amérique du nord. Donc voilà, une distillation et un vieillissement séparé d’orge, de seigle et de maïs et une maturation en fûts de chêne canadiens. Ça me semble un bon point de départ pour avoir un produit distinctif.

Au départ, on voit que M. Hall porte une grande attention à la présentation de son produit. P1110675La bouteille est de style différent de tous les autres produits que j’ai vu et vient dans une boîte. Il ajoute une touche d’authenticité en numérotant les bouteilles. Je sors mon Glencairn, j’ai hâte de goûter. Le whisky est clair et d’une teinte dorée jaune, presque la couleur d’une bière. À la première orbite du verre, le liquide colle partout sur le verre et semble vouloir rester en place. Finalement apparaissent de belles coulisses. Au nez, c’est tout de suite la vanille qui domine, ensuite viennent des noix, des fruits et des parfums d’épices, muscade entre autre. Les vapeurs sont douces et n’agressent pas le nez comme un bourbon pourrait le faire par exemple.

En bouche, la texture est plutôt huileuse. On sent le liquide envahir la bouche et tapisser tous les recoins des fameuses épices que j’ai pu sentir en préliminaires. Explosion d’épices, muscade et cannelle, de noix et de vanille, petite touche fruitée rappelant le nez de tantôt. En finale, retour de noix, des pacanes. Suit la céréale légèrement sucrée, la revanche du maïs sur l’explosion de seigle du départ. Finale douce d’orge, car il reste un petit goût dans la bouche me rappelant une bière bien maltée.

J’ai la chance d’avoir les quatre produits Forty Creek actuellement disponibles dans ma réserve. Je trouve que le Confederation Oak ressemble au Double Barrel (seul disponible au Québec) mais en plus raffiné. J’aurais de la difficulté à choisir entre le John’s Private Cask No.1 et lui mais, s’il fallait sauter en parachute sur la fameuse île déserte à cet instant, je le ferais avec la caisse de Confederation Oak. Mon préféré des whiskys canadiens.

Lisez la critique de JFPilon sur whiskyplus.ca
Lisez la critique de Freaky Whisky ici