Le 12-12-12 c’était l’Apocalypse

Je ne suis pas mort. C’est tant mieux, car je vais pouvoir boire à nouveau cette dernière bière lancée par Les Brasseurs RJ. Une Double Stout Belge à 9% d’alcool fermentée avec deux levures.

La première fermentation s’effectue avec une levure de type anglaise suivie d’une levure belge qui lui donne un caractère un peu différent des autres stouts sur le marché. J’avais peur que la levure belge prenne le dessus, mais ce n’est pas le cas. Elle garde sont caractère anglais.

On a jamais une deuxième chance de réussir sa première impression. RJapocalypse2

Il y a de ces brasseries qui ont le don de nous marquer avec des images qui restent gravées dans nos têtes. Les Brasseurs RJ en font partie. Nommez-moi une bière des Brasseurs RJ et je vous décrirai l’étiquette. L’Apocalypse reste dans la lignée des Titanic, Lochness, Coup de Grisou. J’aime bien.

Cette nouvelle concoction des Brasseurs RJ est de couleur noire avec de légers reflets brun foncé. La mousse qui se forme quant à elle est de couleur brune café. Elle semble très onctueuse et j’ai le goût de passer un doigt dedans comme dans une crème fouettée.

Au nez, les effluves de malt torréfié attaquent en premier. Au fur et à mesure de la dégustation et que la bière se réchauffe, je détecte du chocolat noir, de la prune mûre et le houblon. Vers la fin du verre, je réussis à identifier une odeur fruitée qui me titillait depuis le début de la dégustation. C’est l’odeur typique de la levure belge. À peine perceptible derrière, on peut détecter de la gomme balloune.

RJapocalypseEn bouche, ma première impression est celle d’une bière équilibrée. On retrouve les goûts de torréfaction et de cacao; mon nez ne m’a pas menti. On découvre une agréable pointe de fumée, du caramel et, finalement, une amertume de houblon qui se mêle au petit goût astringent du malt rôti. Ce houblon, je le trouve juste bien balancé pour ne pas nuire au caractère habituel du type stout. C’est une bière avec beaucoup de corps et une longue finale. Elle laisse un bon goût dans la bouche. L’alcool est facilement reconnaissable avec ce 9% d’alcool, mais n’est pas agressif.

Vers la fin de ma dégustation, mes deux petites gloutonnes de filles commençaient à manifester de l’intérêt pour ce qu’il allait y avoir au repas. Pour les calmer, j’ai décidé de sortir leur fromage préféré (celui qui ne goûte rien) et c’est à ce moment que j’ai aperçu une brique de cheddar fort Balderson 5 ans au fond du frigo. Vous me voyez venir? Petite dégustation improvisée bière et fromage. Avec une bière de cette trempe, ça prend évidemment un fromage capable de relever le défi pour ne pas se faire emporté dans un tsunami de goût telle une stout. Quel beau mariage! Le Balderson et l’Apocalypse se mêlent à merveille, le cheddar faisant ressortir le côté caramel de la bière de façon merveilleuse. Je vous recommande fortement de profiter de cette combinaison.

Au final, l’Apocalypse est une très bonne bière. Mes parents qui étaient présents lors de ma dégustation ont pu l’apprécier. Ma mère qui ne boit jamais de bière foncée s’est risquée et a aimé l’expérience. Je vais sûrement racheter l’Apocalypse, car le lendemain j’ai bien failli le vivre en vrai quand ma conjointe a vu que je ne l’avais pas attendu pour y goûter. Je croyais qu’elle n’aimait pas les noires…  3.9 / 5

Merci aux Brasseurs RJ de m’avoir fourni ce premier échantillon de l‘histoire de mon site.

 

Mise à jour du projet de vieillissement #1 – Rhum

Je vous annonce que j’ai des anges qui se sont installés chez moi. Je l’avoue, j’ai été un peu négligent dans ce projet (lisez sur le début du projet ici). J’aurais dû surveiller mon fût plus souvent, mais la vie étant ce qu’elle est, on remet toujours à plus tard des choses moins importantes. Je me disais : « Bah, dans les distilleries, le rhum, il passe des années à attendre dans les fûts. Le mien, il peut bien attendre une ou deux semaines de plus ». Pendant ce temps, les anges font la fête.

Alors enfin, un peu de temps libre pour m’asseoir et prendre des notes, comparé l’original à l’« amélioré », goûter ce que le temps et un fût de chêne auront donné à ce rhum Appleton V/X habituellement utilisé pour mixer. Les instructions du fabricant de fûts disaient qu’avec un fût neuf, il valait mieux goûter aux trois semaines pour voir l’évolution des saveurs de notre produit. Au début, j’ai goûté à trois et six semaines. L’évolution me semblait lente alors j’ai décidé d’oublier ça pour l’été et d’y revenir en septembre. C’est pendant ce temps là que des anges sont venus s’installer dans mon sous-sol. Dans la littérature sur les spiritueux, on nous parle de ces anges qui viennent faire la fête dans les salles de vieillissement et qui se délectent de l’évaporation des fameux spiritueux qui dorment dans les fûts au rythme de 2 % par année. Chez moi, soit ils sont plus nombreux qu’ailleurs soit, ils sont ivrognes.

Lorsque j’ai commencé ce projet, j’ai pu mettre environ 1200 ml de rhum dans le fût. Lorsque je l’ai soulevé pour le vider, je le trouvais bien léger. Quelques secondes ont suffi pour transvider son contenu dans une tasse à mesurer. Il ne restait que 125 ml! Quoi? C’est une blague? Je regarde ma conjointe avec un air découragé. Le boisAppleton Estate V/X en a certainement bu un peu, mais là, pas à ce point quand même.

— Est-ce que tu en as bu? Sachant très bien que ma conjointe n’aime pas le rhum, je cherche désespérément une explication à cette disparition.

— Ben voyons… Peut-être que c’est ton père qui en but en cachette, dit-elle en riant, mais avec un air aussi éberlué que moi.

Je vais devoir y aller de l’hypothèse que le bois a bu une partie du liquide. Fort probablement un peu plus que je croyais au début à cause du bois neuf. N’ayant pas servi encore, le bois est fort probablement plus gourmand lors du premier vieillissement, le fût étant bon, selon le fabricant, pour 3 à 5 utilisations.

Dans plusieurs livres, on mentionne aussi la grosseur du baril comme un facteur affectant le vieillissement des spiritueux. Un baril plus petit transforme le goût plus rapidement dû au rapport bois-liquide différent. Il faut se rendre à l’évidence, ce rapport affecte probablement aussi le taux d’évaporation.

Côté apparence, les résultats sont définitivement là. La couleur est changée. D’un jaune paille clair et brillant accompagné de reflets dorés, me faisant penser à une bière pilsner, le rhum est passé à cuivré orangé tout en gardant ses reflets dorés. Lorsqu’on fait tourné le verre du V/X, une fine couche de rhum colle à la paroi forme de fines jambes qui coulent rapidement verre le bas. Du côté du R/B (Rhums et Bières), le liquide colle définitivement Appleton Estate V/Xmieux à la paroi. Les jambes qui sont forment sont plus larges et glissent plus lentement.

Au nez, sans entrer dans les détails, car l’article traite plus de l’expérience que d’une critique, le V/X est plutôt fruité et épicé. Sa transformation en fait un rhum au nez de bois et de vanille dominant, reléguant les fruits et les épices au troisième rang. Un nez beaucoup plus riche supposant un rhum vieillit beaucoup longtemps que le premier. Du côté du fût, le trou de remplissage laisse s’échapper des effluves de rhum vanille et chêne tout à fait enivrant. J’aimerais pouvoir mettre cette odeur dans un parfum d’intérieur (sent-bon) pour profiter de cette odeur à l’occasion ou dans mon atelier en permanence… Mmmm

En ce qui concerne le goût, le V/X n’est pas nécessairement un rhum de dégustation. Il a des caractéristiques de base de tout rhum soit, le caramel, des épices et la vanille. Ces saveurs sont légères et bien balancées pour en faire un rhum sans note vraiment dominante et pour bien se mélanger dans des cocktails. Le R/B, vous vous en doutez probablement, a acquis des notes dominantes de bois et de vanille. L’alcool est plus présent et procure un picotement au fond de la gorge que je ne détecte pas avec le frère. Je détecte un léger goût de fumé accompagné de caramel. Le R/B ressemble au V/X, mais avec les différences notables que le bois peut apporter, peut-être trop dans le cas mon expérience. Le temps de vieillissement a été trop long et je crois avoir dépassé le goût « idéal ». Un peu moins de temps et j’aurais été satisfait.

Bien entendu, je ne m’attendais pas à créer un rhum d’exception à partir d’un rhum moyen. Je voulais un rhum relativement simple qui profiterait bien des qualités du vieillissement pour me donner un résultat intéressant à comparer. Maintenant, avec cette conclusion un peu particulière, j’ai décidé de répéter l’expérience avec le même rhum. J’ai rempli à nouveau le fût avec du Appleton Estate V/X auquel j’ai ajouté mon « restant » de R/B. Noël s’en vient, on fêtera avec du R/B un mois au lieu de six mois. Plus tard cette semaine, je regarde ce que le Maker’s Mark a donné et je pose des pièges à anges…

Lisez sur le début du projet ici

 

Fleur de canne 12 ans

Voilà un rhum qu’on ne peut manquer. Le Flor de Cana 12 ans est présent à peu près partout dans les FlordeCana12succursales de la SAQ. Avant même d’être amateur de rhum, je savais que Flor de Cana en était un. Sa distribution à grande échelle en fait probablement un rhum connu partout sur la planète.

Les rhums Flor de Cana sont produits au Nicaragua, pays montagneux bordé par le Honduras, le Costa Rica, le Pacifique et la mer des Caraïbes. Ceux-ci sont distillés à partir de mélasses provenants de cannes à sucre cultivées juste à côté de la distillerie, dans la ville de Chichigalpa. En visitant le site de la compagnie, on peut lire que la distillation se fait avec des colonnes à distillation continue. Ce qui m’a le plus surpris, c’est d’apprendre que le processus comprend 5 distillations. Ceci devrait donner un alcool de départ assez pur. C’est donc dire que ce rhum acquiert toute sa saveur (ou presque) par le vieillissement en fûts. Parlant de fûts, ils utilisent des fûts de chêne blanc américain. La compagnie fait beaucoup la promotion du « slow aged » sur leur site et FlordeCana12bleurs bouteilles. Pour ma part, 12 ans c’est 12 ans, il n’a pas vieilli moins vite que les autres 12 ans sur le marché… Marketing.

Passons par-dessus le marketing et allons aux choses sérieuses. La bouteille utilisée pour le Flor de Cana 12 ans est d’apparence correcte sans plus, mais unique et se distingue donc des autres rhums sur la tablette. La bouteille est coiffée d’un bouchon de plastique avec un bec verseur. Ceci ne lui donne pas vraiment un air luxueux, mais est très efficace pour éviter la fameuse goutte qui déferle le long de la bouteille lorsqu’on termine de verser le liquide, cas souvent observé avec les autres bouteilles. À l’œil, il offre une belle robe cuivre orangée chaleureuse. Le rhum colle bien à la paroi du verre.

En approchant le nez, une série de beaux parfums se succèdent : vanille, chocolat, cannelle épicée, note boisée, caramel. Décidément, le nez est aussi chaleureux que la robe.

En bouche : vanille très prononcée, chocolat, bois, épices (cannelle et muscade), faible note de tabac et de fumée. Ce 12 ans est d’une complexité moyenne, très doux et bien balancé. La gorgée enveloppe bien la bouche pour nous faire profiter de toutes ses saveurs. Une fois la gorgée passée, la fête se termine rapidement. Reste juste un goût de vanille s’attardant tel des convives à la fin d’un party qui profitent de la tranquillité pour relaxer et terminer leurs verres. En parlant de verre, une fois qu’il est vide, on peut y sentir des parfums de sucres caramélisés très prononcés. On croirait sentir un pouding chômeur. 9/10

Rhum facilement trouvable à la SAQ (code 10323049) 40.50 $.

Article relié:
El Dorado 12 ans

 

Brugal 1888

brugallogoLa République Dominicaine ne fait pas exception aux autres pays des Caraïbes. Ce pays possède sa distillerie de rhum du nom de Brugal. Celle-ci a été fondée par Andrés Brugal en… 1888 et la majeure partie des opérations se déroule à Puerto Plata. Elle est toujours opérée par des descendants de celui-ci, mais depuis quelques années, la compagnie appartient majoritairement au groupe écossais Edrington, propriétaire des marques de scotchs bien connues Cutty Sark, The Macallan, Highland Park et The Famous Grouse.

Leurs rhums sont produits exclusivement à partir de cannes cultivées en République Dominicaines, question de soutenir l’économie locale. Brugal s’implique beaucoup au niveau communautaire par le biais d’une fondation, ce qui en fait une compagnie très respectée et appréciée dans son pays.

Ce rhum a été mis en vente à la SAQ Signature il y a quelques semaines et je me suis rendu à celle de Québec pour en faire la dégustation. À mon arrivée, j’ai constaté que la station de dégustation était défectueuse. Après quelques regards sous le « capot » et « coups de pieds sur les pneus », les employés ont dû réinitialiser la station. Oh quel malheur!… La réinitialisation de la machine force le remplissage (à moitié) d’un verre. C’est qui le chanceux qui a pu déguster sur le bras? Fallait aussi réinitialiser les autres produits de la station, le chanceux a donc aussi goûter à une liqueur de Scotch et un Cognac. Belle après-midi!

Le Brugal 1888 est présenté dans une belle bouteille carrée à long cou. Le tout est brugal_1888sommes toute sobre et élégant et ne tombe pas dans l’excès de fioritures. Ce rhum est un mélange de produits variant de 5 à 14 ans d’âge. Une première maturation est faite dans des fûts de chêne américain ayant servi à vieillir du bourbon. Pour ajouter une complexité, un deuxième vieillissement en fût de sherry est effectué. À l’œil, le rhum est doré et brillant. J’ai été surpris par cette brillance qui donne un rhum vraiment éclatant dans le verre. Au nez, la vanille domine accompagnée de sucre d’orge. En bouche, la première impression qui me frappe est la douceur du liquide. Pas d’attaque agressive, juste un liquide qui se boit bien et laisse le dégustateur apprécier toute sa finesse. La dominante est la vanille, suivie de cannelle et d’un léger goût de tabac. Il y a un petit picotement dans la gorge qui s’estompe rapidement. La finale est moyennement longue avec un léger goût de caramel.

Désolé pour cette courte description. Habituellement, je déguste un produit au moins trois ou quatre fois avant de pondre mes articles. Comme celui-ci a été dégusté une seule fois, c’est un aperçu. Toutefois, je me rends bien compte que j’avais un très bon rhum dans mon verre. La dominante est de vanille provenant sûrement des deux types de bois utilisé pour le vieillissement. Je n’hésite pas à le recommencer. 8/10

 

Les Maestros savent créer un bon rhum

Un de mes amis (merci Martin) m’a rapporté de Cuba, l’hiver dernier, une commande spéciale. Je lui avais donné une liste de rhums disponibles à Cuba, que nous n’avions pas ici. Il a réussi à me trouver un rhum de la distillerie bien connue, Havana Club. Au départ, les rhums Havana Club disponibles ici ne sont pas nécessairement les meilleurs points de vue dégustation. Le Anejo sert plutôt pour les cocktails et le 7 ans n’est guère mieux à mon avis. Donc, me voilà en possession d’un Selección de Maestros.

Qui est le ou la Maestro? Eh bien, petite nuance, il faut lire attentivement, car ce sont les Maestros. Selon le site d’Havana Club, ils sont sept maîtres rhumiers à avoir créé cette édition. Des rhums vieillis sont sélectionnés puis mélangés et vieillis à nouveau dans des fûts sélectionnés. Finalement, il est embouteillé à 45% ce qui lui donne un goût légèrement plus corsé.selecciondemaestros

La présentation est particulièrement réussie. La bouteille vient emballée dans un tube recouvert d’une fine couche de bois. La bouteille est différente des autres produits Havana Club disponibles à la SAQ. Elle est transparente et embossée. Le rhum est de couleur cuivré avec des reflets orangés lorsque soulevé à la lumière. Le look de la bouteille à côté du tube fait très chaleureux et impressionnera certainement les invités avec qui vous aller partager ce rhum, si vous décidez de la partager… La bouteille est coiffée d’un bouchon de liège avec une capsule ornée du logo d’Havana Club.

Au nez, une impressionnante gamme d’arômes se font présents. Au premier rang, des noix et du bois. S’en suivent des épices accompagnées de tabac. C’est bien le premier rhum dans lequel je détecte ce fameux arôme de tabac. Il est léger mais franc.

En bouche, on détecte du cacao, des épices, dont la muscade et le clou de girofle, une légère touche fruitée et vient ensuite une chaleur d’alcool. Les épices sont rehaussées par l’alcool et on peut détecter une note de tabac. En finale, un brin de fumée accompagne des raisins secs.

Quand j’ai commencé à écrire cet article, je savais que je le terminerais en disant qu’il vous faudrait aller à Cuba pour vous le procurer. Petit commentaire agace pour me vanter d’en avoir une bouteille et pas vous. Eh bien je dois changer ma conclusion. À partir d’aujourd’hui, il est disponible à la SAQ Signature alors sortez votre crème solaire et vos sandales et aller le chercher.  Viva Cuba!   8/10  

Selección de Maestros 61$ code SAQ 11674861

Article relié

 

Résumé de mes deux passages au Festibière de Québec 2012

Comme une bonne centaine de milliers de personnes, j’ai fait mon pèlerinage au Festibière de Québec 2012Festibière de Québec. Je dis centaine de milliers, car déjà, dimanche matin, on nous annonçait une augmentation par rapport à l’an dernier alors ce qui place maintenant le Festibière de Québec dans les trois évènements bière les plus fréquentés au Québec. J’ai profité de l’occasion pour déguster certaines bières de pubs qu’on ne peut avoir normalement qu’en se déplaçant aux endroits de brassage.

Centaine de milliers de visiteurs est le mot. Mon premier passage, jeudi en fin de journée et début de soirée, fut très agréable. Juste assez de monde pour qu’il y ait de l’ambiance, mais pas trop pour se piler sur les pieds. Par contre, vendredi soir, il en fut tout autrement. Incroyable, on pouvait sentir la chaleur en entrant dans les deux tentes tellement il y avait de monde. Des files d’attente partout (sauf chez Molson Export et Rickard’s), un slalom à n’en plus finir pour traverser et aller laver son verre. Je me demande si l’organisation va devoir repenser son mode de présentation, car honnêtement, c’est le seul point négatif, mais s’en est tout un. Va falloir plus d’espace l’an prochain.

Je ne ferai pas une liste complète de toutes les bières que j’ai dégustées, mais je vais souligner les coups de cœur. Tout d’abord, la Mestachibo 2.0 de la Microbrasserie des Beaux Prés est sans aucun doute la meilleure IPA du festival. Un parfum de houblon fort agréable et une amertume d’une fraicheur incroyable. La Morsure du Trou du Diable fait aussi partie de mon top.

Les Brasseurs Illimités ont profité de l’occasion pour lancer la Doppelbock, une lager forte cuivrée. Disons que les bières foncées de types allemandes figurent aussi parmis mais favorites et celles-ci compétitionnent sérieusement avec la Dopplebock des Trois Mousquetaires. Dans la même gamme, j’ai goûté la St-Joachim de la Micro des Beaux Près, une weisenbock, et la Dunkelweisenbock de la Microbrasserie de l’île D’Orléan. Cette bière n’était disponible qu’en quantité limitée, 30 litres selon ce que m’a dit Jean Lampron, Maître-Brasseur et proprio. Honnêtement, les Québécois n’ont pas de leçon à recevoir des brasseurs européens. Ces bières étaient exceptionnelles et il me tarde de me déplacer dans ces endroits pour les déguster à nouveau.

Il est difficile d’attribuer des prix parmi toutes ces bonnes cuvées et tous ces excellents brasseurs. Nos génies du brassage savent produire de merveilleuses bières et je suis particulièrement fier de nos brasseurs québécois. Malgré ça, je dois quand même souligner ma découverte de cette année, la Micro Brasserie des Beaux Prés. Luc Boivin, copropriétaire et maître-brasseurs, produit des bières d’une très bonne qualité. J’ai pu m’entretenir avec lui pendant quelques minutes malgré l’achalandage et c’est un passionné.

Merci aux organisateurs du Festibière de Québec de nous amener toutes ces brasseries près de chez nous pour avoir l’occasion de les connaître. L’organisation semble bien rodée. Franchement, ça manquait à Québec et maintenant c’est un des évènements d’été d’importance dans la Capitale.

 

Le rhum El Dorado Single Barrel EHP

ehp

La semaine dernière, la SAQ Signature ajoutait à sa gamme de rhum, le El Dorado Single Barrel EHP. Quel plaisir de voir qu’ils ont décidé de le rendre disponible en station de dégustation le jour même! Ma petite sortie du jeudi soir est réglée. Je me suis donc empressé d’aller goûter ce nouveau produit guyanais de Demerara Distillers. Je ne devrais pas être déçu puisqu’à ce jour, tout ce que j’ai goûté de ce producteur m’a plu.

Pourquoi EHP? D’abord, il faut savoir que la gamme Single Barrel de El Dorado comprend 3 rhums, le PM, le ICBU et le EHP. Je reviendrai aux autres dans de futurs articles, si la SAQ m’en donne la chance (message). Edward Henry Porter fonda, il y a 200 ans, le Domaine Enmore. Ce domaine produisait de la canne à sucre et EHP était la marque de rhum produite par la distillerie attenante au domaine. Ce rhum était distillé dans une colonne de distillation continue faite en bois. Celle-ci est maintenant propriété de Demerara Distillers suite à de nombreuses fusions et, c’est la seule colonne de distillation de ce genre encore en opération dans le monde. Ceux-ci s’en servent maintenant pour produire le El Dorado Single Barrel EHP qui est coffeepotstilldemeraraissue d’une seule distillation et sans aucun mélange par la suite.

Le rhum a une couleur dorée avec des reflets jaune clair. Le liquide est brillant et plus pâle que je m’attendais. En approchant mon nez du verre, tout de suite je peux sentir des arômes de fruits et d’épices. Un mélange d’épices à gâteau aux fruits, dont la cannelle et la muscade explosent. C’est très épicé et rassurant en même temps. Au fur et à mesure de la dégustation, il ressort des notes de cassonade caramélisée que ma conjointe prépare des fois pour un dessert. Je regarde tout autour, non, pas de conjointe et pas de cuisinière, je suis bien à la SAQ. Prenons une autre inspiration, il y a des pêches.

Une gorgée pour faire passer le mirage de la cuisine. Épices à gâteau assez corsées et alcool, qui chauffent le fond de la bouche. Un tantinet agressif comme rhum. À force de goûter, je passe à travers la couche d’épice et de bois (rappelez-vous, la colonne de distillation et les fûts) et je trouve les pêches, mais un autre fruit me fait signe, le cantaloup. Tout ça, toujours sur un fond de picotement dans la bouche. Un peu farouche au début comme rhum, mais il s’apprivoise rapidement. Une autre réussite de Demerara Distillers. 8/10

El Dorado Single Barrel EHP code SAQ 11076140  89$

Autres articles reliés
El Dorado 12 ans
El Dorado 15 ans
El Dorado épicé

 

J’avais rendez-vous avec une bouteille Espagnole

Il n’est pas commun de voir un rhum venir d’Espagne. La plupart des gens s’attendent d’un rhum qu’il soit des Caraïbes. C’est en partie vrai. La plupart des rhums proviennent des Caraïbes, de l’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud, mais on commence à voir de plus en plus de microdistilleries un peu partout. P1110787L’autre possibilité, celle de Williams & Humbert, est d’acheter différents rhums de différents âges et provenances pour faire des mélanges et un vieillissement final. Le Dos Maderas est un rhum produit et vieillis dans les Caraïbes, en Guyane et à la Barbade pour être plus précis, puis vieillit une seconde fois (en deux étapes) en Espagne.

Dos Maderas P.X. 5+5 ? Décodons ce nom. Notre rhum a passé 5 ans en fûts dans les Caraïbes. Il est ensuite transporté en Espagne, chez Williams & Humbert à Jerez de la Frontera. Pourquoi je spécifie l’endroit ? Parce que Jerez se prononce xérès et se traduit en anglais pour donner sherry. Les deux étapes suivantes vont être particulières. La deuxième étape de vieillissement de 3 ans se fait dans des fûts de sherry Dos Cortados de 20 ans. Le rhum est ensuite transféré pour un vieillissement final de 2 ans dans des fûts de sherry Pedro Ximénez(PX), un cépage de raisin cultivé en Espagne. Donc, Dos Maderas en espagnol veut dire « 2 bois », vieillissement  5 ans + 5 ans. Le compte est bon. Toutes ces étapes vont amener un goût particulier et unique au rhum. D’ailleurs, le Dos Maderas 5+5 PX a gagné une médaille d’or au Miami Rum Rennaissance Festival de 2010.

Côté présentation, on peut dire que c’est très réussi. Williams & Humbert ont mis beaucoup de soin et de détails dans ce produit. La bouteille vient dans un tube aux teintes brunes et dorées et on y retrouve beaucoup une bonne description du rhum qu’il contient. Sortir un tel emballage devant des invités fait paraître le produit encore plus exceptionnel. La bouteille comporte un galion en relief sur le verre et est coiffée d’un bouchon de liège avec une capsule en bois sur laquelle est imprimée une rose des vents. Ceci en dit long sur le souci du détail de la compagnie.P1110783

Dans le verre, le rhum est ambré avec des teintes rouges. Il est clair et brillant. Lorsque l’on penche le verre pour tapisser la paroi, le liquide forme une bordure puis des coulisses de rhum se forment pour glisser rapidement vers le bas. Au nez, je sens des bananes mûres, du cacao, des cerises noires et de la muscade peut-être même une touche de cannelle.

En bouche, il a une texture un peu sirupeuse et est très doux. Le caramel se montre en premier suivi par un mélange d’épices dont la cannelle mène le bal avec une pointe poivrée. La vanille fait son chemin et vient ensuite un goût de cerises noires accompagné de dattes. L’alcool picote le fond de la bouche et s’en suit une chaleur dans la gorge. En finale, c’est un retour de sucre de canne plutôt que de caramel qui dure assez longtemps pour savourer les minutes qui passent en cette belle compagnie.P1110790

Il est évident que ce rhum a comme cousin le sherry. On goûte l’influence des fûts de 2e et 3e vieillissement de par un goût, somme toute, plus fruité que les autres rhums que je connais. C’est un rhum, mais avec une deuxième personnalité. C’est une très belle expérience, un rhum doux et complexe. Je remets cette belle Espagnole dans son contenant et j’ai déjà hâte au prochain rendez-vous… 9/10

Dos Maderas PX 5+5. Code SAQ 11232464 70$

 

J’ai rendu visite à Marie-Galante

Il y a 3 semaines environ, je suis allé à la SAQ Signature de Québec pour goûter un rhum en station de dégustation : Le Marie-Galante Libération 2010 fraîchement arrivé au Québec. Ce rhum est de la catégorie des rhums agricoles. Il est produit par la distillerie Bielle de la Guadeloupe.marie-gallante

Je n’ai pu trouver aucune information sur le site de la distillerie concernant le Marie-Galante. Par contre, au sujet de la distillerie on y retrouve un historique et de l’information sur d’autres rhums et liqueurs qu’ils produisent. Pourquoi « Libération 2010 » ? Tout simplement parce que ce rhum a été commercialisé, libéré de ses fûts en 2010.

Pour ceux qui s’y connaissent moins, le rhum agricole est produit à partir de jus de canne frais plutôt que de mélasse résiduelle du raffinage du sucre. Au fil de mes recherches, j’ai pu découvrir qu’une des origines du rhum agricole est que certaines exploitations de canne à sucre étaient trop petites pour être rentables pour les grandes compagnies (suite à un effondrement du prix du sucre fin des années 1800 entre autres). Elles auraient donc été abandonnées et les exploitants ont dû trouver d’autres débouchés pour survivre. La production de rhum directement du jus de canne devenait une solution. Les rhums agricoles sont surtout produits sur les îles françaises des caraïbes, mais des rhums produits à partir du jus de cannes pur sont aussi fabriqués dans d’autres pays, dont Haïti (Barbancourt) et le Brésil (Cachaça).

Actuellement, seule la Martinique a obtenu une appellation d’origine contrôlée (AOC). Pour pouvoir porter la mention « Rhum agricole AOC Martinique », le rhum doit être produit à partir de cannes cultivées en Martinique (des zones restreintes), distillé en Martinique selon certains critères ainsi que quelques autres critères. Pour plus d’info, suivez ce lien.

Pour en revenir à notre rhum Marie-Galante, il est de couleur dorée pâle ressemblant à du miel. Au nez, je détecte du chêne, de la vanille, une touche d’alcool (c’est un rhum de 45%), du cantaloup, du sucre de canne et une infime parfum de tabac. Il y a un je ne sais quoi qui me rappelle le Saint-James ambré.

En bouche, c’est un peu corsé avec un goût d’alcool me rappelant encore une fois le Saint-James ambré. Je note des fruits séchés, vanille et papaye. Le côté sucré en est un de sucre d’orge plutôt que caramel.

Bien que je ne sois pas un fan de rhum agricole, ceux-ci donnent une touche particulière à certains cocktails et je m’en sers à l’occasion. Le Marie-Galante se classe bien. Je le trouve corsé, mais je crois qu’après quelques verres, j’aurais réussis à l’apprivoiser. Pour les fans de rhum agricole, c’est sûrement un bon choix, mais je le trouve un peu cher à 129$. 7/10

Code SAQ 11651651

Le bois de la Confédération de Forty Creek

Il y a quelques semaines, un confrère blogueur, Freaky Whisky demandait quelle devrait être sa prochaine dégustation. Je lui ai suggéré un bourbon et il m’a référé à une liste sur son site où l’on pouvait voir les produits en attente de dégustation. Un whisky m’a tout de suite sauté aux yeux : Le Confederation Oak de la marque Forty Creek. J’avais aussi ce produit en réserve et, malgré mon penchant plus marqué pour les rhums, j’aime bien déguster un whisky canadien ou un bourbon à l’occasion et en particulier le Confederation Oak. J’ai donc proposé à Freaky Whisky de faire une critique chacun de notre côté et de publier nos résultats en même temps. Encore mieux, notre confrère blogueur JFPilon de whiskyplus.ca a capté notre conversation et a demandé à se joindre à nous en tant que troisième mousquetaire dans cette aventure. Belle épopée! Avec ces deux comparses d’expérience, j’ai intérêt à déguster comme il faut. (Liens au bas de l’article)

Forty Creek Whisky est une marque de whisky canadien produite par Kittling Ridge Distillery en Ontario. John K. Hall est le maître d’oeuvre. Vignoble de profession, M. Hall john-tales-from-creekavait besoin de nouveaux défis et c’est vers les spiritueux qu’il se tourna. Il utilisa son passé de producteur de vin pour amener une touche particulière à ses produits. Plutôt que de distiller un mélange de grains (seigle, orge, maïs) qui est fermenté en un tout, John K. Hall produit un liquide distinct pour chaque céréale. Ces trois distillations sont vieillies séparément et ensuite mélangées à son goût pour subir ensuite une maturation finale.

Concernant le Confederation Oak, une particularité supplémentaire est ce whisky est vieillis en fûts de chêne canadien. Non loin de la distillerie, une forêt est entretenue activement et M. Hall eut connaissance que de vieux chênes allaient être coupés pour faire place aux nouveaux arbres en croissance. Ces chênes, d’après leurs diamètres, avaient environ 150 ans et dataient donc de La Confédération canadienne. Il décida d’acheter ces chênes pour les faire transformer en fût et pouvoir comparer les résultats du vieillissement par rapport au chêne américain qui domine le marché d’Amérique du nord. Donc voilà, une distillation et un vieillissement séparé d’orge, de seigle et de maïs et une maturation en fûts de chêne canadiens. Ça me semble un bon point de départ pour avoir un produit distinctif.

Au départ, on voit que M. Hall porte une grande attention à la présentation de son produit. P1110675La bouteille est de style différent de tous les autres produits que j’ai vu et vient dans une boîte. Il ajoute une touche d’authenticité en numérotant les bouteilles. Je sors mon Glencairn, j’ai hâte de goûter. Le whisky est clair et d’une teinte dorée jaune, presque la couleur d’une bière. À la première orbite du verre, le liquide colle partout sur le verre et semble vouloir rester en place. Finalement apparaissent de belles coulisses. Au nez, c’est tout de suite la vanille qui domine, ensuite viennent des noix, des fruits et des parfums d’épices, muscade entre autre. Les vapeurs sont douces et n’agressent pas le nez comme un bourbon pourrait le faire par exemple.

En bouche, la texture est plutôt huileuse. On sent le liquide envahir la bouche et tapisser tous les recoins des fameuses épices que j’ai pu sentir en préliminaires. Explosion d’épices, muscade et cannelle, de noix et de vanille, petite touche fruitée rappelant le nez de tantôt. En finale, retour de noix, des pacanes. Suit la céréale légèrement sucrée, la revanche du maïs sur l’explosion de seigle du départ. Finale douce d’orge, car il reste un petit goût dans la bouche me rappelant une bière bien maltée.

J’ai la chance d’avoir les quatre produits Forty Creek actuellement disponibles dans ma réserve. Je trouve que le Confederation Oak ressemble au Double Barrel (seul disponible au Québec) mais en plus raffiné. J’aurais de la difficulté à choisir entre le John’s Private Cask No.1 et lui mais, s’il fallait sauter en parachute sur la fameuse île déserte à cet instant, je le ferais avec la caisse de Confederation Oak. Mon préféré des whiskys canadiens.

Lisez la critique de JFPilon sur whiskyplus.ca
Lisez la critique de Freaky Whisky ici